Available courses

La question de la fraude est une préoccupation mondiale tant pour les entreprises que les organisations gouvernementales et celles à but non lucratif. De nos jours, la fraude s’est complexifiée avec le développement des nouvelles technologies.

Il importe donc pour les dirigeants et les travailleurs de ces organisations ainsi que les experts de mieux comprendre la complexité de la fraude en vue de mettre en place des mécanismes de détection efficace.

Notre formation sur les mécanismes de détection de la fraude vise à doter les participants d’outils modernes de détection de la fraude.      

֍    Auditeurs et contrôleurs internes des entreprises privées
֍    Professionnels de gestion de risques
֍    Directeurs (DG, DAF, DCMEF, etc.)
֍    Consultants
֍    Contrôleurs financiers
֍    Personnel des corps de contrôles
֍    Personnel des ONG/OSC;

Module1 : Corruption : notions, manifestations, causes et conséquences

Module 2 : Comprendre la fraude et les enjeux liés

֍    Module 3 : Instruments internationaux de prévention et de lutte contre la fraude

 Module 4 : Instruments nationaux de prévention et de lutte contre la fraude

Module 5 : Approche innovante et outils de détection de la fraude interne

֍   

 

Prix : ֍ Individu : 250 000 FCFA ֍ Instituions : 300 000 FCFA
Temps : 07 jours

Sensibiliser les élèves et le personnel scolaire aux enjeux de la corruption dans le milieu scolaire

Symposium sur l'économie de guerre

Prix : 5 000 F CFA

manifestations, méfaits et moyens d’actions

Prix : 5 000 F CFA

Le dispositif juridique et institutionnel de lutte anti-corruption

Prix : 7 000 F CFA

Conférence régionale sur la participation citoyenne aux initiatives de transparence et responsabilité

Prix : 7 000 F CFA

Transparence et redevabilité des dépenses publiques dans les secteurs de la défense et de la sécurité

Prix : 8 000 F CFA

Lutte contre la corruption et Respect du bien public

Prix : 7 000 F CFA

La corruption, une entrave à la collaboration : Force de Défence et de Sécurité-Population

Prix : 11 000 F CFA
Prix : 15000 FCFA
Temps : 1H

Comprendre les bases de la corruption, ses effets néfastes sur la société, et explorer les moyens de prévention et de lutte contre ce fléau.

Prix : 20 000 F CFA
Temps : 02 heures

Corruption et terrorisme : enjeux pour la population et contribution des agents de la DGTTM

Prix : 15 000 F CFA
Module 1 : Introduction à la corruption et à l'anti-corruption
  • Objectifs du module :

    • Comprendre les concepts fondamentaux de la corruption.
    • Reconnaître les différentes formes de corruption.
    • Saisir l'importance de la lutte contre la corruption.
  • Contenu :

    • Définition et types de corruption : Corruption active, passive, détournement de fonds, blanchiment d'argent, etc.
    • Impact de la corruption : Conséquences économiques, sociales et politiques.
    • Cadre légal et réglementaire : Présentation des lois et conventions internationales (ex. : Convention des Nations Unies contre la corruption).
Module 2 : Identifier et évaluer les risques de corruption
  • Objectifs du module :

    • Apprendre à identifier les risques de corruption dans une organisation.
    • Évaluer les vulnérabilités et les impacts potentiels.
  • Contenu :

    • Cartographie des risques : Méthodologies et outils.
    • Indicateurs de risque : Facteurs de risque internes et externes.
    • Études de cas : Analyse de cas réels pour identifier les faiblesses.
Module 3 : Mise en place d’un programme de conformité anti-corruption
  • Objectifs du module :

    • Élaborer et mettre en œuvre un programme de conformité efficace.
    • Intégrer des politiques et procédures anti-corruption dans l'organisation.
  • Contenu :

    • Politiques et procédures : Code de conduite, procédures de signalement, formation du personnel.
    • Gouvernance et responsabilité : Rôle du conseil d'administration et de la direction.
    • Contrôles internes et audits : Établir des contrôles et mener des audits réguliers.
Module 4 : Formation et sensibilisation
  • Objectifs du module :

    • Sensibiliser les employés à la corruption et à ses dangers.
    • Former les employés sur les politiques et procédures anti-corruption.
  • Contenu :

    • Programmes de formation : Élaboration et mise en œuvre.
    • Sensibilisation continue : Campagnes de communication, ateliers, séminaires.
    • Gestion des dénonciations : Mécanismes de signalement confidentiels et protection des lanceurs d'alerte.
Prix : 300 000 F CFA

Course categories

Le Réseau national de Lutte anti-corruption a tenu ce jeudi 05 mai 2022 à Ouagadougou sa 22e Assemblée générale ordinaire. Cette Assemblée qui coïncidait avec la fin du mandat des membres du Secrétariat exécutif élus le 25 avril 2019 a été l’occasion d’élire un nouvel exécutif pour conduire les actions du Réseau au cours des trois prochaines années. En attendant de vous présenter les membres du nouveau Secrétariat exécutif, nous vous proposons un aperçu du discours d'ouverture du Secrétaire exécutif sortant Sagado Nacanabo. Avant d'ouvrir les travaux, il a eu une pensée à l’égard de tous ceux qui ont contribué à l’édification du REN-LAC et qui sont perdu la vie récemment.
Message du Secrétaire exécutif à l’ouverture de la XXIIème Assemblée générale ordinaire
Mesdames et messieurs
C’est pour moi un réel plaisir de dire un mot à l’ouverture de cette 22e Assemblée générale du REN-LAC en présence des membres d’honneur, des représentants et représentantes des organisations membres, délégués à la présente Assemblée générale et des permanents. Au nom du Secrétariat exécutif, je souhaite à toutes et à tous la bienvenue. Cette 22e Assemblée générale coïncide avec la fin du mandat du Secrétariat exécutif élu le 25 avril 2019. Elle sera donc pour nous l’occasion d’élire un nouvel exécutif pour conduire les actions du Réseau au cours des trois prochaines années. En ce moment important de la vie de notre organisation, j’ai une profonde pensée à l’égard de tous ceux qui ont contribué à l’édification du REN-LAC et qui, malheureusement, nous ont quittés récemment. Je pense particulièrement au Dr. Claude WETTA, ancien Secrétaire exécutif, membre d’honneur du REN-LAC, Directeur du Centre de Formation et de Recherche anti-corruption (CFRAC) et point focal du REN-LAC au Projet de Gouvernance économique et de Participation citoyenne (PGEPC), avec qui j’ai travaillé pendant six ans dans le Secrétariat exécutif en tant que son adjoint. Je pense également à Roger ZOMA, ancien Secrétaire chargé des Etudes et du Contentieux, à Jean KAGAMBEGA, ancien Président du CRAC de l’Est, à Ametepée KOFFI, ancien Chargé de Communication du REN-LAC, à Patindé Patrice KAGAMBEGA et à Michel OUEDRAOGO, respectivement ancien gardien et gardien du REN-LAC, au Juge Kassoum KAMBOU, Personne ressource du REN-LAC, à Salif YAGO, Personne ressource et co-auteur du livre sur les 20 ans du REN-LAC, à Etienne ZOUNGRANA, représentant du REN-LAC à l’Initiative pour la Transparence dans les industries extractives (ITIE).
Avec votre permission, je voudrais demander à toutes et à tous d’observer une minute de silence en leur mémoire.
Mesdames et messieurs
Cette XXIIème Assemblée générale se tient dans un contexte national marqué par l’exacerbation de la crise du terrorisme qui tenaille de nombreuses régions de notre pays d’est en ouest et du nord au sud. Dans le même temps, l’état de la gouvernance a été caractérisée ces dernières années par une recrudescence du phénomène de la corruption. En témoignent les différents indicateurs (IPC de TI, ISPC et rapports du REN-LAC sur l’état de la corruption, rapports des corps de contrôle, etc.). Cette situation a conduit aujourd’hui à une grave crise de confiance entre gouvernants et gouvernés. Dans un tel contexte, il apparaît clairement que la confiance citoyenne dont les pouvoirs publics ont besoin pour faire aux nombreux défis sécuritaire, sanitaire et de gouvernance semble compromise.
La nouvelle transition politique, qui s’est ouverte suite au Coup d’Etat militaire du 24 janvier 2022, a inscrit dans son agenda la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité du territoire national, l’assainissement et la refondation de la vie politique en se débarrassant des dérives et des pratiques indignes. Cette transition peut donc constituer une opportunité de recherche d’une gouvernance vertueuse, à condition que les organisations de la société civile renforcent davantage leurs actions de veille citoyenne pour contraindre les nouvelles autorités à gouverner selon les principes de l’exemplarité, de la transparence, de la redevabilité et de la participation citoyenne.
Notre pays doit reconquérir les valeurs d’intégrité et de probité qui ont jadis fait sa fierté. Nous devons tous œuvrer afin que la corruption, la mal gouvernance et l’impunité qui ont caractérisé les précédents régimes ces dernières années soient bannies. C’est la seule condition pour redonner confiance aux populations et les amener à s’engager résolument aux côtés des gouvernants pour faire face aux défis de la crise multidimensionnelle en cours qui sape les fondements de notre nation et de l’Etat de droit.
Sur ces mots, je déclare ouverts les travaux de la 22e Assemblée générale ordinaire du REN-LAC. Je souhaite à toutes et à tous de fructueuses réflexions pour nous permettre d’atteindre ensemble nos objectifs de contribuer à l’éradication de la corruption au Burkina Faso.
Je vous remercie
Sagado Nacanabo
Secrétaire exécutif